Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un dimanche face à Maubuée Gondoire | Page d'accueil | Coupe Loubatière »

12/12/2011

St Germain Laval II

Voici le retour de notre commentateur vedette, par ailleurs capitaine de notre équipe, Olivier, qui nous décrit dans les lignes qui suivent le bon bilan de nos joueurs ce weekend face à nos amis de St Germain Laval...

olivier.JPG

Olivier, la parole est à toi!


Bonjour à tous,


A s'en tenir au seul décompte des points ELO, le match qui nous opposait ce dimanche 11 décembre à l'équipe de St Germain Laval II, promettait d'être, sinon une partie de plaisir, du moins une promenade de santé, vite expédiée. En effet, notre équipe pointait à une moyenne ELO de 1624, quand nos adversaires n'atteignaient pas les 1400 ! Une marge confortable pour se rassurer et bâtir de magnifiques châteaux en Espagne. (Les mânes de Ruy Lopez : e4 e5; Cf3 Cc6; Fb5 a6; ... tendent l'oreille)

Une fois de plus, la vie se sera chargée de nous apprendre qu'il y a loin de la coupe aux lèvres. Certes, nous l'avons emporté, et même assez nettement, par 4 victoires, 1 défaite, 1 nulle. Mais que de tourments et d'épreuves pour en arriver là ! Et ce n'est pas se payer de mots que d'affirmer que nous aurions pu aussi bien perdre le match ou faire jeu égal. Pour illustrer cet "apocalypse now" auquel nous avons survécu, précisons que l'extinction des feux a eu lieu à plus de 19 heures, quand les hostilités avaient démarré à 14h15 et que Marc Plaisant (1849 !) s'est trouvé fort aise d'arracher la nulle ! C'est dire ! 

Marc Plaisant, face à un joueur non classé, a d'abord obtenu une position légèrement supérieure, avec un centre de pions d4-e5 incisif. Toutefois, ce pion d4 arriéré s'est révélé difficile à défendre, attaqué qu'il était par deux tours et la dame. Le petit roque ayant été fait par les deux joueurs, la lutte se déplace bientôt vers l'aile dame, avec un jeu très disputé et âpre.

Marc.JPG

 Marc se retrouve avec deux pions de retard et les Noirs ont cet avantage considérable d'avoir un pion passé éloigné, le pion a7, qui n'a pas encore bougé ! Dès lors, toute la bataille tournera autour de l'avancée ou du blocage de ce pion brûlant. Il reste à Marc, en plus du Zeitnot, (manque de temps) une tour et un cavalier contre une tour et un fou au joueur de St Germain Laval. C'est sans doute dans la finale que Marc réussit le mieux, avec le tour de force de neutraliser la charge explosive du pion a. Il parvient même avec un rare sang-froid face à un joueur très agressif et compétent à placer une fourchette de cavalier qui fait échec et gagne le fou, ouvrant enfin la voie à la prise du pion a. En dépit de la pièce d'avance et de sa grande expérience, Marc ne pourra faire mieux qu'obtenir la nulle, après l'échange des deux tours. Une nulle, mais pas une nulle de salon ; Marc a bien dû y laisser un kilo !


Yves, au 2ème échiquier, joue avec les Noirs. Très rapidement, les deux joueurs ayant opté pour le petit roque, il mène une vive attaque sur le roi adverse avec sa dame et une paire de fous. En échange, il doit subir la présence douloureuse d'un pion adverse parvenu sur la case a7. Heureusement, il en viendra à bout, sans payer le prix fort. Pourtant, bientôt, le paysage se modifie et ce sont les Blancs qui occupent la colonne h avec deux tours. Dans un cas comme dans l'autre, ces attaques frontales sur le roi n'aboutissent pas. La bonne occasion se présente enfin à Yves, lorsqu'il obtient la possibilité de clouer une pièce adverse sur le roi. L aplupart de ses pièces convergent alors sur le point nodal et la défense doit s'affaiblir ailleurs pour soutenir sa pièce attaquée. Evidemment, Yves en profite et ses fous sont enfin mobilisés. Le gain d'une pièce s'ensuit, en dépit du déclouage tardif, et la victoire n'est déjà plus un mystère. 

Yves.JPG

 Marc Ferry joue une partie étrange. Comme souvent, il garde ses cavaliers abandonnant la paire de fous à l'adversaire. Le jeu très fermé de la position avec des pions se bloquant semble donner raison à Marc et pourtant les fous adverses ont l'air plus actifs et agressifs que les cavaliers blancs ! Les Noirs, qui ont l'initiative, traînent deux pions doublés et ils perdent la qualité, lorsque les tours noires, évoluant dans un espace étriqué sur la colonne g, se trouvent attaquées par un cavalier et le roi. Si l'une se sauve, l'autre est prise ! Non seulement Marc a maintenant la qualité, mais il a deux pions liés, dont l'un est passé. L'affaire est dans le sac, surtout que Marc excelle dans le jeu des finales... quand il ne commet pas de gaffes monstrueuses !

Marc2.JPG

Vous l'avez deviné, il donne une tour, pour avoir oublié un fou adverse qui interdit la reprise. Adieu veau, vache cochon et ... pion passé promu. Très sportivement, notre joueur abandonne. Comme il le fera ensuite remarquer. Le seul à avoir perdu aujourd'hui ; le seul à avoir gagné la fois précédente ! Marc se distingue...


Notre président d'honneur se bat avec le sérieux que chacun lui reconnaît et ... accepte la dame que son adversaire lui offre, par distraction ou prévarication. Non, Gérard est un joueur intègre et jamais, il n'achèterait une partie ! 

Gérard.JPG

Olivier, opposé à la seule dame de la rencontre, se heurte à une défense française de bon aloi. Quelques originalités de part et d'autre, mais le jeu est solide et se tient. Cette partie tient en 21 coups, mais les jeux sont faits dès le 8ème coup des Noirs, une regrettable erreur, qui enferme sans espoir la dame et la livre aux cruelles attaques du fou des Blancs.  Sans ce coup, la dame aurait été menacée gravement mais pouvait peut-être se sauver, au pris de quelques dégâts collatéraux. La dame noire échangée contre le fou des Blancs, la messe était dite ! Pas vraiment, car la joueuse, très combattive et inventive, a tenu bon jusqu'au mat.


Pour ceux que cela intéresse :
1 e4 ; e6
2 d4 ; d5
3 e5 ; c5
4 dxc5 ; Da5
5 Cc3 ; Dxc5
6 Cf3 ; Cc6
7 a3 ; a5
8 Fb5 ; Cge7 ??
9 Fe3 ! ; Dxe3
10 fxe3 ; Cf5
11 Dd2 ; Fc5
12 Cd4 ; Fd7
13 Cxf5 ; exf5
14 Cxd5 ; O-O-O
15 Fxc6 ; Fxc6
16 c4 ; The8
17 O-O-O ; a4
18 The1 ; Txe5
19 Da5 ; Fxe3+
20 Txe3 !! ; Txe3 ?
21 Dc7 +m  1 - 0

Michel, avec les Noirs, engrange les avantages positionnels et matériels. Fort de la qualité et d'une aile dame plus mobile et active, il obtient l'initiative et l'avantage d'une tour nette. Les échanges aidant et sans relâcher son attention, Michel obtient une incontestable victoire. 

Ressort-il bien de ce compte-rendu que les joueurs de St germain Laval n'ont pas fait de la figuration. Chaque partie fut une bataille ardue et sans concession. Aucune victoire ne fut aisée. Merci à ces adversaires qui ont su nous pousser dans nos retranchements avant de s'avouer vaincus. Merci aux valeureux joueurs de l'équipe. Merci à notre président supporter, qui avait préparé la salle et fait le café. Merci à l'invitée qui a apporté un délicieux gâteau rhénan. Une bien belle et savoureuse après-midi...

Olivier

Commentaires

Bravo à toute l'équipe pour le résultat! Merci à Olivier pour les commentaires d'après match et à Gérard pour les photos. A très bientôt :)

Écrit par : Maxime H. | 12/12/2011

Une coquille dans l'article : il fallait lire "Zeitnot" et non pas "Zeit"...

N'hésitez pas à commenter et critiquer ma partie. Elle est dans le domaine public, désormais, et libre de droits.

Bonne semaine,


Olivier

Écrit par : Olivier | 13/12/2011

Olivier, j'ai corrigé la coquille... J'ai dû supprimer le "not" au moment de la mise en page! désolé ;)

Écrit par : Maxime H. | 13/12/2011

Magnifique !
FLP vers les sommets !

Écrit par : Thierry | 14/12/2011