Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une belle galette des rois :) | Page d'accueil | Les tournois d'hiver... »

17/01/2012

Un voyage dans le grand nord.... brrrh!!!

Dimanche dernier, notre club est parti tout au nord de la Seine et Marne affronter le club de Dammartin en Goële. Et il faut bien avouer que nos hôtes nous attendaient de pied ferme. Voici comme toujours le résumé des évênements par notre capitaine Olivier.

Bonne lecture!


Le déplacement à Dammartin en Goële ce 15 janvier 2012 s'annonçait long (dans le grand nord du département) et périlleux (moyenne ELO élevée !). Les prévisions étaient fiables et notre équipe a subi la dure loi de l'expérience et du savoir échiquéens. Nous nous inclinons 1 à 4, seul Michel arrachant la victoire et Gérard engrangeant une nulle. Il n'empêche que le combat fut partout âpre et que la décision se joua parfois sur un (ou deux) coup(s) de dés. Rendons hommage à nos adversaires qui n'auront pas usurpé leur victoire et évitons de nous flageller plus que nécessaire, sauf pour ceux qui apprécient ces traitements très spéciaux. 


Maxime, du haut de ses 1740 ELO, n'en mena pas large face à une pointure XXL (1980 !). Dès le 15ème coup, la partie était compromise positionnellement pour notre leader. Le fou en fianchetto du roque avait été perdu, l'aile dame était disloquée et un pion avait été cédé. Pourtant, Maxime sut ne pas subir les événements et parvint à se créer du contre-jeu, notamment sur la colonne b, qu'il contrôla un certain temps. Son adversaire mobilisa tout son temps et sa puissance de réflexion, pour surmonter la belle résistance de notre joueur, qui finit par s'incliner, mais avec les honneurs.

Yves, au deuxième échiquier, inférieur de plus de 150 points ELO, sortit de l'ouverture avec un léger avantage, un pion d'avance, un pion avancé en e5 et des pièces plus actives, mais en contrepartie, deux pions doublés. Bientôt, vers le 25ème coup, il dut céder la qualité, se consolant avec la possession d'une paire de fous. Logiquement, mais non sans avoir longuement lutté pour le gain, il dut rendre les armes, lui aussi.

Gérard livrait bataille au 3ème échiquier avec les Noirs, contre un adversaire à sa portée. Il ne put éviter d'avoir un de ses fous longtemps prisonnier de ses propres pions... mais l'égalité matérielle était préservée et les chances de la partie. Au 16ème coup, Gérard, enlisé dans une sale affaire tactique, ne dut son salut qu'au seul coup salvateur, la menace de mat se doublant d'une autre sur une pièce "en l'air". "f5" n'échappa pas à la redoutable sagacité de notre ancien président. Essuyant la sueur froide qui perlait à son front, il repartit indemne et avec une position équilibrée. Ses tours doublées sur la colonne d exerçaient une pression de bon aloi et son avantage à la pendule promettait la panique à l'adversaire. Gérard fit nulle et c'est déjà un beau succès.


Michel, placé lui encore en état d'infériorité numérique, commit un superbe acte manqué dès l'ouverture qui faillit bien lui coûter la partie. Heureusement, la perte malencontreuse et involontaire d'un pion du centre fut largement compensée par le retard de développement de son opposant. Le coup fatal fut prté tactiquement par Michel, qui fit un échec à la découverte attaquant simultanément le roi et la dame. Une grande et décisive victoire, la seule hélas. 

Olivier, avec les Noirs, au 5ème échiquier, a plutôt bien mené le jeu d'un strict point de vue positionnel : élimination du fou adverse en fianchetto protégeant le roque, conservation de la paire de fous, mauvais fou de l'adversaire, bloqué derrière ses pions, ... bref un avantage certain, hélas compromis par un jeu tactique manquant de rigueur et un retard coupable à ouvrir la colonne f, fort d'un positionnement des pièces supérieur. La défaite n'était pas annoncée, mais elle ne fut pas illogique.

Jacques, qui eut le courage de braver le froid, en dépit d'une mauvaise grippe, eut à affronter un jeune, très pugnace. Il perdit une pièce dès l'ouverture et ne put résister durablement à la vague adverse. Une défaite inévitable donc.

La défaite du match, assurément, mais beaucoup d'énergie et de talent mis en balance. Un dimanche prometteur.

Bonne soirée,


Olivier A.

Commentaires

Nos braves n'ont pas démérité et sont tombés la tête haute !
Vive FLP !

Écrit par : Thierry | 17/01/2012

Ah, incorrigible Thierry, ne vaut-il pas mieux vaincre la tête dans les épaules que tomber la tête haute ? Notre sens de l'honneur finira par nous perdre... J'espère que tu pourras prochainement renforcer nos bataillons décimés.
Olivier, capitaine en déroute, mais qui n'a pas déserté son navire.

Écrit par : Olivier | 18/01/2012