Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rien ne sert de courrir... ou l'art de perdre la première rencontre pour mieux rebondir! | Page d'accueil | Bilan du championnat de Seine et Marne 1 par notre Capitaine »

18/02/2013

Le parfum de la victoire serait il de retour du côté de Fontaine le port?

Après un début de saison plutôt difficile pour notre club, nous attendions tous une réaction d'orgeuil de la part de notre équipe. Nous avions certes perdu plusieurs batailles mais certainement pas la guerre. Notre club portifontain ressemble parfois fortement à notre équipe de rugby nationale: C'est fâce au mur que nous resserrons les troupes et nous lançons à l'assaut du terrain adverse.

obelix_patchoc.jpg


Après une belle victoire chez nos voisins de Saint Germain Laval la semaine dernière, il restait encore à notre équipe le soin de confirmer que nous étions sur la bonne voie. Et c'est avec panache que nos joueurs ont su transformer l'essai.

Notre journaliste en chef, expert en analyses de parties,  a repris sa plus belle plume pour nous décrire ce dimanche ensoleillé aussi bien dans le ciel que sur les échiquiers. Olivier, je te cède la parole...

 

bonheursmiley.jpg


En ce dimanche 17 février 2013, nous recevions, en match reporté, le club de Chauconin Neufmontiers. Nous l'avons emporté 5 - 0 mais ce ne fut pas une victoire aussi facile que le score pourrait le donner à penser. Pour certains d'entre nous, le résultat relève même quasiment du miracle ; ce dimanche, les Dieux avaient choisi leur camp, le nôtre.

Veni

 

Sur les deux derniers échiquiers, l'affaire fut rondement menée, Daniel ne laissant aucune chance à sa jeune adversaire (la galanterie se perd !) et Gaston,  infligeant un superbe mat avec tour, fou et cavalier, sans même juger nécessaire l'intervention de sa dame. Le ton était donné, du moins, nous avions envie d'y croire.

asterixsurprisecesar.png



Contre un jeune et combatif joueur, je pris conscience, parvenu en milieu de partie, que je me réservais un réveil brutal, si je continuais à laisser filer la partie. Je redoublai donc d'efforts pour jouer plus précis et plus percutant, améliorant en quelques coups mon jeu positionnel. L'initiative changea de camp, le combat changea d'âme, (paraphrase de notre grand Hugo) et ma paire de fous, active sur des diagonales de rêve, mit à la peine les deux carcasses hippiques adverses, bientôt juste bonnes à se retrouver dans des lasagnes pur boeuf. Le jeune joueur ne faisait pas de la figuration ; mais l'expérience lui manquait encore et l'attaque sur son roi menée avec une impitoyable détermination lui donna une petite leçon, qu'il eut la générosité d'accepter avec le sourire.

Vidi

Gérard se mit assez vite dans une situation peu enviable, laissant deux pions à son adversaire. Bientôt, la situation s'aggrava, puisqu'aux deux pions de handicap, il fallut ajouter une pièce.Tout autre que notre président d'honneur aurait baissé les bras. Pas Gérard ! Tout à son affaire, dès lors qu'il s'agit de défendre une position désespérée, (A Dien Bien Phu, il aurait fait merveille...) Gérard joua si bien, avec sa dame et ses deux tours, qu'il fit oublier son retard d'une pièce et de deux pions. Certes, au début, ce n'était que du bluff, digne d'un bon joueur de poker. Son adversaire l'aida bien un peu, aussi, en renonçant au combat pour la reprise de l'initiative. Un jeu passif face aux coups assassins de Gérard et lorsque la nulle fut constatée par répétition de coups, on fut presque déçu que notre joueur n'arrache pas une victoire qui n'eût pas été illogique.


Marc Plaisant passa à côté de sa partie, proposant un échange de dames, que son adversaire accepta. Avec la poussée du pion en f4, Marc exploite habilement un mauvais positionnement de la tour adverse, pour récupérer le pion de retard qu'il avait. La figure de proue de notre club profita des imprécisions en finale du jeu adverse pour gagner une partie, qui aurait pu être perdue.Les Dieux, vous dis-je...

Vici

Les Dieux, Marc Ferry, il connaît. Il commença sa partie avec un certain retard, de précieuses minutes qui faillirent lui être fatales, juste avant d'atteindre les 40 coups en deux heures ! Négligeant le B - A BA de l'apprentissage du jeu d'échecs, Marc néglige le développement de son aile dame, le cavalier et la tour restant hors jeu. Au 21ème coup, Marc se décide à mobiliser enfin son cavalier. Cela reste un mystère, parvenir à bien jouer, en dérogeant aussi gravement aux règles sacro-saintes de l'ouverture. La moitié ou presque de ses coups sont joués avec la dame ! L'adversaire s'empare de la colonne d avec un triplement des pièces lourdes et bientôt arrive l'irruption des deux tours en 7ème, lourde de menaces. Par ailleurs, la position reste solide et des opportunités de pions passés pourraient bien se faire jour. Puis arrive la finale et une incertitude terrible : qui va tirer les marrons du feu et assurer la promotion gagnante d'un pion en dame ? L'adversaire semble donné gagnant. Mais il rate le coup décisif et Marc retourne la situation à son avantage. Une victoire ardue !


Notre club finit donc avec deux brillantes victoires, faisant pardonner les défaites initiales.


Une saison contrastée, en somme !


Olivier Angel


PS: Nous tenons à dire que le contrôle anti-dopage effectué après la partie c'est révélé négatif concernant la présence de traces de potion magique dans le sang de nos joueurs.

images.jpeg


Commentaires

Bravo et merci à Maxime, pour ses talents de metteur en scène et metteur en ligne... et illustrateur hors pair !

Écrit par : Olivier | 19/02/2013

Comment ne pas se surpasser devant l'échiquier lorsque nous défendons les "couleurs" du club et que nos épiques combats sont expliqués et illustrés avec autant de talent.

Écrit par : Gérard FLEURY | 20/02/2013